Les textes de la décentralisation font obligation aux élus de rendre compte de leur gestion à leurs mandants. Cette approche s’inscrit dans le cadre de la gestion transparente des affaires publiques locales et la participation citoyenne conformément à la charte de la bonne gouvernance locale. C’est pour répondre à cette exigence de la loi que la mairie de Dogbo a organisé une séance de reddition de compte dans le secteur de la santé le vendredi 08 septembre 2017 dans la salle de conférence de l’arrondissement de Tota sous l’égide du premier citoyen de la ville, Monsieur Codjo Vincent ACAKPO.

La Commune de Dogbo dispose de quatorze (04) centre de santé dont douze (12) fonctionnels et deux (02) non encore mis en service. Il existe aussi l’hôpital sainte Camille qui appartient à l’église catholique et l’UVS d’Avédjin appartenant à une privée. L’effectif du personnel de santé de la Commune est de soixante-cinq(65) agents soignants. Ce personnel est dans son ensemble insuffisant pour satisfaire les besoins d’une population de 103. 0 57 habitants (RGPH4). Outre l’insuffisance d’agents qualifiés dont souffre le plateau sanitaire de Dogbo, on enregistre le manque et la rupture répétée de médicaments, le rançonnement des populations par les agents de santé, le mauvais accueil, la malpropreté des locaux etc…

La mairie n’est pas restée indifférente face à ces maux qui sévissent dans les centres de santé de la Commune. Ainsi donc la mairie a procédé au recrutement de 17 agents de santé pour le renforcement du personnel sanitaire pour une incidence financière de huit million sept cent soixante mille (8 760 000) franc sur fonds propres par an. La mairie a également mise à la disposition du centre de santé de Tota, des matériels médicaux (matelas, lits, aspirateur, condensateur d’oxygène, table de consultation médecin, chaise à pot…).

Par ailleurs, dans le souci de répondre au manque et à la rupture de médicaments, la mairie a sollicité l’appui financier de PASS SOUROU pour la mise en place d’un mini dépôt répartiteur au centre de santé de Tota. Ce dépôt desservira tous les autres centres de la Commune et permettra de satisfaire un temps soit peu les besoins des populations. Ce projet est déjà à terme et sera officiellement lancé dans ce mois de septembre 2017 pour un montant global de trente millions (30 000. 000) de francs CFA.

Dans le cadre de la coopération avec la ville de Roeselare en Belgique, les négociations sont en cours avec l’hôpital de VIVES pour la mise à disposition du centre de santé de Dogbo de matériels médicaux.

Service de l’Information, de la Communication, des Archives et de la Documentation.